Rouler en hiver

En hiver, il est assez facile de circuler en ville ou bien d’aller au travail à vélo. Si le déplacement prend 15 ou 30 minutes, on échappe à la saucée ou au frigidaire. Quand le déplacement s’allonge, pour le loisir ou pour des déplacements utilitaires entre deux villes, il faut un peu plus s’organiser. A noter que certains aiment les randonnées en hiver, pour l’ambiance ou un lien particulier avec la nature.

Avec une remarque fondamentale: il est relativement facile de se protéger contre des températures basses (ce n’est qu’un problème de couches de protection); Mais le défi est plus délicat quand il faut affronter un froid humide: certaines parties du corps sont touchées.

Ecoutons certains témoignages et tentons d’en tirer quelques astuces.


Récit de Françoise  en route pour la Mer Noire.

(….) Mais le froid n’était pas du tout au programme.

J’étais bien convaincue qu’il était totalement déraisonnable de faire du vélo en

IMG_0321
Tout est givré: tente, herbe, casseroles…

dessous de 5°C, mains et pieds glacés, risquer de rouler sur des chaussées glissantes, de rouler la nuit… J’attendais le printemps, il était venu en mars, et en avril me voilà sur la route, sous le soleil. Premier jour, premiers ennuis techniques et premier bivouac près du lavoir de Germigny l’Exempt, seulement à 42km de Bourges. Beau ciel, pleine lune, j’attends une belle rosée pour le lendemain. Il fait bien frisquet au matin, mais c’est curieux la tente est sèche… mais un peu raide : c’est du givre, tout simplement. Le vélo, les sacoches, l’herbe , tout est glacé. Ce jour

i283163839589888733._szw480h1280_
Froid sévère en venant de Donaueschingen

là je me suis vite réchauffée avec le soleil et quelques bons coups de pédale. Mais ce n’était qu’un début. J’ai eu bien plus froid par la suite au bord du Rhin sous des pluies incessantes, puis à Donaueschingen aux sources du Danube, où la neige était tombée l’avant veille. Un dernier gel matinal m’a surpris un peu plus loin, à Münderkingen, le 30 avril au matin. En bivouac, on ne se réchauffe guère, et pour la boisson chaude il faut être patient, quand il fait froid, ce foutu réchaud à gaz met une demi-heure à faire bouillir 20cl d’eau. On part mains et pieds glacés et on espère une belle côte bien raide pour libérer les calories (sans longue descente après, ça serait pire…). Au bout d’un moment, les mains se dégourdissent et se réchauffent, mais pour les pieds, ça ne s’arrange pas. La solution que j’ai trouvée a un peu grevé mon budget, c’est aux alentours de 10 heures du matin une pause un peu prolongé

Snejena à DunavskiPristav

e dans ces établissements de rêve qui fleurissent dans ces régions sous le nom de Konditorei, Backkaffee, où on peut boire bien au chaud une grande tasse de café en dégustant d’excellentes pâtisseries locales.

Lire sur son Carnet de Voyage 


On résume les idées pour voyager:

  • Vêtements :
    • accumuler les couches
    • deux couches de gants (gant de soie en dessous)
    • deux couches de chaussettes

      surchaussures02
      Sur-chaussures en tous genres.
    • éventuellement sur-chaussure pour protéger de la pluie et du froid.
    • ou sinon guêtres de ski
    • Bonnet épais. Bonnet sous le casque.
    • chiffon et/ou journal pour ajouter des couches par dessus tout.
  • Accessoires vélo:
    • gros pneus crantés pour rouler sur le verglas ou la neige

      CaNxavdWkAAxOi5
      Plus gros pneus pour le verglas et la neige
    • Protection des mains aux poignées.
    • très bon éclairage
  • Alimentation :
    • un bar, ça réchauffe…
    • aliments caloriques: sucre, chocolat, fruits secs
  • Bivouacs:
    • cartons pour se protéger ou s’envelopper.
    • bougies chauffe-plats pour monter un peu la température sous la tente (ou dans refuge).
    • huile pour se frictionner.
    • tente toile épaisse (se renseigner en magasin spécialisé).

En réalité, s’il y a quelque chose que je voulais éviter, c’était bien rouler dans le froid, et je n’y étais pas préparée, fermement convaincue qu’il était totalement déraisonnable de faire du vélo en-dessous de 5°C.

Les mains et les pieds glacés, et puis la piquette aux pieds en rentrant au chaud. Devoir rouler la nuit, risquer les chutes sur chaussée glissante….

Quelques suggestions ?

  • Les mains se réchauffent finalement assez rapidement, ce n’est pas trop un problème… sauf dans les longues descente.
  • C’est une autre histoire pour les pieds. Pour certains, pas d’autre solution que de faire des pauses dans des endroits très bien chauffés.
  • Parce que la nuit vient tôt et qu’il faut prévoir des pauses, partir tôt, arriver tôt, et ne pas faire de trop grandes distances (50- 60km, les voyageurs d’hiver s’en contentent)
  • Parce qu’inévitablement il y aura un soir où on va se laisser surprendre, prévoir un bon éclairage, accessoires et gilet réfléchissant (indispensable même de jour d’ailleurs), et une lampe frontale puissante.

Où dormir ?

  • sous la tente : toujours possible avec un bon matériel, et un outil pour déblayer la neige ! Il faut une organisation parfaite et rodée.
  • Hébergements, bon marché (auberges de jeunesse et gîtes d’étape, encore plus rares en hiver), ou l’hôtel si vous avez les moyens.
  • le réseau warmshower ne fonctionne pas si mal car beaucoup de cyclistes sont à la maison, ou demander l’hospitalité chez l’habitant, il y a encore beaucoup de pays où ça existe.

En savoir plus :

Elles font du vélo

En échappée.

Une réflexion sur “Rouler en hiver

  1. Vélo, porte-bagages, tentes,… Vous disposez de tout le matériel nécessaire à votre voyage ?

    Alors c’est le moment de le tester et de vous tester vous même ! Bien évidemment l’objectif n’est pas de faire, du premier coup, des escales aussi espacées que pour votre projet. Cela paraît logique : c’est de manière progressive que vous arriverez à progresser. Commencer par une journée, puis un week end, puis 4 jours, …

    Le but étant de déterminer quelles sont vos capacités et verifier que votre équipement est adapté. C’est globalement le cas si on s’est suffisemment affairé à la phase précédente, le choix et l’achat du matériel. La plupart du temps c’est sur les détails que l’on s’attarde, c’est bien normal. Car souvent sous « un petit détail » cache de « gros problèmes ».

    C’est premiers entraînements sont donc l’occasion d’apporter les modifications nécessaire à vos équipements et de tirer les premières conclusions.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s